Taxe poids lourds : La vignette pourrait concerner tous les camions, y compris les français


Par , le dans Actualités diverses - 2 Commentaires - 52

Réagissez sur notre forum sur un sujet bien spécifique en cliquant ici


François de Rugy, ministre de la Transition écologique, dit travailler sur cette vignette pour 2019. Selon nos informations, elle concernera tous les poids lourds, y compris français.

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy travaille sur une taxe sur les poids lourds, une vignette qui s’appliquerait à tous les camions. Mais, attention, ce ne sera pas un retour de l’écotaxe, dit le ministre. Et pour cause, elle avait tourné au fiasco politique et financier. Après des mois de contestations des Bonnets rouges, le gouvernement avait dû abandonner le dispositif en 2014 coûtant plus d'un milliard d'euros.

Un vignette plutôt que des portiques



Quelle serait la différence ? L’écotaxe était basée sur le nombre de kilomètres parcourus. Il avait d’ailleurs fallu installer des portiques pour mesurer ces distances. Des portiques qui n'ont jamais été utilisés. Là, le dispositif sur lequel planche le gouvernement serait beaucoup plus simple. Il s'agirait d'une vignette forfaitaire payante accolée sur le pare-brise des camions. Le transporteur s’en acquitterait pour une certaine durée, une semaine, un mois, une année…

Le gouvernement veut prendre modèle sur la Suisse. Pour rouler sur les voies rapides et les autoroutes de la Confédération helvétique, les conducteurs sont obligés d’acheter une vignette annuelle qui coûte un peu moins d’une quarantaine d’euros.

Tous les camions concernés, même les français



Pour l’instant, François de Rugy évoque surtout les poids lourds étrangers qui traversent la France sans rien payer, ceux qui "ne font même pas un plein de carburant, donc ne paient même pas les taxes sur les carburants et ne paient pas l'usure des routes". Mais selon nos informations, le ministère de la Transition écologique et solidaire étudie l’hypothèse d’une taxe pour tous les camions, y compris les camions français. Les modalités sont encore à préciser, déclare le ministère.

L’idée est de remplir les caisses de l’État. Cette redevance sur les camions doit permettre de trouver de l’argent pour entretenir et développer le réseau routier. Il faut des ressources pour financer les investissements, pour qu'on ne subisse pas des phénomènes comme l'accident de Gênes, dit le ministre en faisant référence au viaduc autoroutier qui s’est écroulé cet été en Italie. Depuis cet accident, la pression s’accroît en Europe sur le secteur du transport routier afin qu’il participe au financement de l’entretien des routes.

Les transporteurs farouchement contre



En France, les besoins sont importants. Ils se chiffrent en dizaine de milliards d’euros. La France a déjà prévu d’y consacrer plus de 13 milliards d'euros sur les quatre prochaines années, mais c’est insuffisant. D’où la nécessité de trouver d’autres ressources pour les infrastructures.

Cette taxe va provoquer un tollé chez les routiers. Ils ne veulent pas en entendre parler. On peut compter sur eux pour faire du lobbying et faire en sorte que le gouvernement abandonne cette idée. Ils ont un peu de temps devant eux, car le projet de vignette doit s’inscrire dans le cadre d’une directive européenne. Même si une vignette forfaitaire est plus simple à déployer que l’écotaxe, certains professionnels parient sur un délai de mise en place d’au moins une année. François de Rugy dit d’ailleurs travailler sur cette vignette pour 2019. Elle pourrait être inscrite dans la loi d’orientation des mobilités, qui est sans cesse repoussée. Autant dire qu’elle ne s’appliquerait pas avant 2020.